• franck

PLAN STRATÉGIQUE FCA: JEEP ET ALFA ROMEO A L'HONNEUR !


Le CEO du groupe italo_américain Sergio Marchionne, qui doit quitter ses fonctions en 2019, a présenté pour la dernière fois , ce matin, la première partie du plan stratégique de son groupe pour les années 2018-2022.

Le choix du 1er juin ne doit sans doute rien au hasard, puisque cela fait, jour pour jour, 14 ans que M.Marchionne était intronisé à la tête de ce qui était alors le Groupe Fiat. Un groupe alors au bord du goufffre qui a été redressé de façon spectaculaire, allant jusqu'à s'offrir le luxe d'un rachat du constructeur américain Chrysler avec fusion à la clé en 2014, signant la naissance de FCA.

Un temps soucieux de fusionner son groupe avec un partenaire, M.Marchionne avait, à cette fin, démarché General Motors, sans succès. Les rumeurs avaient, par la suite évoqué des rapprochements avec le chinois Great Wall, voire Volkswagen, sans qu'aucune de ces rumeurs n'aient été fondées.

Les faiblesses du groupe ayant, selon M.Marchionne, été corrigés, le changement de stratégie a donc été annoncé : « FCA est en train de décoller et n'a besoin de personne ». Voilà qui a de quoi être clair ! La preuve en est ? Pour la quatrième année consécutive, en 2017, FCA a engrangé un profit net de 3,8 milliards d'euros ajustable. La marge opérationnelle se situe, quant à elle, à 6,4% en 2017 (contre 5,5% en 2016). Le groupe s'est ainsi arrogé la 7eme place mondiale, avec un total de 4,74 millions de véhicules vendus l'an dernier, tenant la dragée haute à des constructeurs comme Renault (6,6%) et PSA (6,1%). Autre « miracle » à l'italienne, la dette industrielle a tout simplement été réduite de moitié, passant de 4,6 à 2,4 milliards d'euros. Et cela, sans compter sur la vente de Magnetti-Marelli estimée à 5 milliards d'euros d'ici la fin 2018. Pour cette même fin 2018, Sergio Marchionne table sur 4 milliards de trésorerie nette.

Pas mal pour un groupe dont la capitalisation boursière était,en 2004, estimée à...0 euros, alors qu'elle dépasse aujourd'hui les 50 milliards !

L'ensemble de ces bonnes nouvelles n'enlève en rien les immenses chantiers qui attendent le groupe pour l'avenir.

SOIGNER LE MARCHE NORD AMERICAIN

Le groupe FCA est très dépendant du marché nord-américain, qui représente plus de 50% de ses ventes et 75 % de ses résultats, pour une marge opérationnelle de 8%. Le groupe se doit donc d'être offensif dans ce secteur, et M.Marchionne l'a compris, en débutant sa présentation par le fer de lance du groupe, à savoir Jeep.

Les marques Jeep et RAM lanceront donc de nouvelles versions de modèles à succès comme les Jeep Wrangler ou encore RAM 1500 (pick-up).

Outres ces modèles, la marque américaine investira également le marché de l'hybride avec pas moins de huit modèles, pour ensuite se déployer encore plus sur le marché des SUV avec de gros SUV comme le Grand Wagoner, à forte marge.

Les objectifs de la marque RAM ont, quant à elle,été fixés entre 930 000 et le million d'unités d'ici 2022.

ALFA ROMEO MOTEUR DE L'EUROPE

Le second marché du groupe FCA reste le continent européen. Mais ce marché ne contribue que faiblement aux profits du groupe. Les seuls bons résultats viennent encore de Jeep, notamment grâce au succès du Compass, mais aussi d'Alfa Romeo, notamment avec le SUV Stelvio, et de Fiat avec la famille Tipo.

Les quatre années à venir verront les efforts portés sur ces Jeep et Alfa Romeo.

Concernant la marque outre-atlantique, il a été annoncé qu'elle abandonnera le diesel. 7 modèles feront l'objet d'un restylage, tandis que 8 hybrides plus seront proposés, en plus de 5 mild hybrides.

D'ici 2021, Jeep proposera aussi un modèle autonome de niveau 3, résultat de la coopération avec Waymo (Google). L'objectif étant d'atteindre les 5 millions de véhicules.

De son côté Alfa Romeo a été confirmé comme la deuxième priorité du groupe. Les ventes de la marque milanaise sont passées de 66 000 en 2014 à 170 000 en 2017. Elles visent les 400 000 unités pour 2022 (avec une marge annoncée de 10% selon le constructeur). Remarquons que cet objectif avait déjà été assigné à la marque pour 2019, dans le cadre du plan 2014/2018.

A cette fin, la marque au Biscione, s'appuiera sur une nouvelle génération de Giulietta, un nouveau SUV de segment C, ainsi que d'un SUV de segment E. La petite Mito ne sera, pour sa part, pas renouvelée. En Chine, les berlines Alfa Giulia et SUV Alfa Stelvio auront droit à des versions à empattement allongé, afin de coller aux attentes locales.

M. Marchionne a également annoncé le retour de la 8C, coupé à coque en plastique renforcé de fibre de carbone (CFRP) mû par une motorisation centrale arrière à double suralimentation twin turbo de 700 Ch et abattant le 0-100 km/h en moins de 3 secondes, combinée à une machine électrique entraînant les roues avant.

La GTV fait son retour, sur la base de la berline Alfa Giulia. Au menu, jusqu'à 600 chevaux avec le renfort d'une machine électrique sur la variante hybride, et un comportement routier garanti par la combinaison entre une transmission intégrale permanente et une répartition à égalité entre les deux essieux de la charge statique. Une vraie sportive, promet Timothy Kuniskis. nouveau Patron de Masreati et Alfa Romeo faisant, au passage passer la 4C aux oubliettes.

  • Alfa Romeo MiTo : stop !

  • Alfa Romeo Giulietta : facelift

  • Alfa Romeo C-SUV : nouveau produit ;

  • Alfa Romeo Giulia : facelift + 2e version allongée

  • Alfa Romeo Stelvio : facelift + 2e version allongée

  • Alfa Romeo E-SUV : le fameux gros SUV ;

  • Alfa Romeo 4C : stop ;

  • Alfa Romeo GTV : nouveau produit

  • Alfa Romeo 8C : nouveau produit

DOUBLER LES VENTES DE MASERATI

Les ventes du constructeur de Modène sont passées de 6 000 unités en 2012 à 50 000 en 2018. mais la gamme est vieillissante, et les ventes du dernier SUV Levante ont quelque peu déçu.

Qu'à cela ne tienne ! L'objectif a été annoncé ce matin, de porter le volume des ventes au delà des 100 000 unités ! Pour ce faire, un enrichissement de modèles est prévu, notamment un nouvel SUV de segment D. Il sera accompagné de l'électrification d'un tiers de la gamme.

Les sportives ne seront pas en reste avec l'annonce de la nouvelle Alfieri ainsi que de sa variante cabriolet!

Parallèlement, le réseau sera densifié, passant de 507 à 588 points de vente dans le monde.

LE DEFI CHINOIS

La faiblesse du groupe reste le marché chinois, où la part n'est que 0,9%. En 2017, seuls 277 000 véhicules ont été écoulés, dont 192 000 Jeep, issues du partenariat avec GAC. 8 nouveaux modèles devraient être introduits sur ce marché dont deux seront spécifiques au seul marché chinois.

Pour l'heure, les plans pour les marques Fiat, Dodge et Chrysler ne seront connus que cet après-midi. Mais ce plan, s'il est respecté cette fois, constitue une belle feuille de route pour le successeur de Sergio Marchionne, dont il se murmure qu'il pourrait s'agir d'Alfredo Altavilla (responsable des activités européennes du groupe), Mike Manley (patron de Jeep) ou Richard Palmer (directeur financier de FCA).

Restez fidèles à ItalCarNews, d'autres informations seront publiées. Vous pouvez toujours suivre le fil de cette actualité sur notre compte Twitter.

#FCA