• franck

FERRARI : UN BREVET POUR UN FUTUR QUATRE CYLINDRES ÉLECTRIFIÉ !


Une petite révolution » semble se préparer du côté de Maranello. Alors, oui ! Le nom Ferrari évoque avant tout la noblesse de moteurs V12. Néanmoins, par le passé la marque au cheval cabré a aussi animé certains de ses modèles avec de plus modestes motorisations : dans les années 50, par exemple, Ferrari avait étrenné un 4 cylindres de 3,0 litres de cylindrée pour une puissance de 260 chevaux sur la 750 Monza. Depuis, la plus modeste motorisation était constituée du V6 de la Dino.

Aujourd'hui, néanmoins, le contexte environnemental et ses nombreux défis de dépollution posés aux constructeurs automobiles oblige ces derniers à s'adapter à ces nouvelles exigences. Et les constructeurs les plus exclusifs ne sont pas épargnés. Ainsi Ferrari, comme d'autres se doit de donner une image plus verte pour coller à la fois aux lois mais aussi aux goûts de la clientèle.

Ainsi, la marque de Maranello, a déposé, auprès du Bureau Européen des Marques et Brevets, le schéma d'un moteur quatre cylindres suralimenté et électrifié. Plus spécifiquement, une turbine est installée dans le circuit d'échappement. Et cette turbine est entraînée par les gaz expulsés. Elle fournit ainsi de l'énergie à un générateur électrique. De l'autre côté, un compresseur (alimenté par un moteur électrique) vient prendre place au sein de l'admission.

Aucune information n'émerge quant aux performances de ce nouveau bloc. Mais connaissant la réputation et le savoir-faire de Ferrari dans ce domaine, elles devraient se montrer à la hauteur du prestige de la marque. Reste un léger doute sur la sonorité que pourrait procurer ce nouveau moteur. Pour Ferrari, cette disposition permettra de moduler le son de l'échappement en jouant sur la vitesse de rotation de la turbine. Pour Ferrari, les possibilités d'un tel système sont nombreuses et plus variées qu'avec de simples clapets.

Autre interrogation : Quels modèles pourraient se voir greffer une telle motorisation. Si les rumeurs persistent sur l'éventuel retour de la Dino, un tel système paraît encore hypothétique. Néanmoins, d'autres marques pourraient bénéficier de cette motorisation comme Alfa Romeo ou encore Maserati, déjà amenées à emprunter des moteurs de la firme au cheval cabré, pour leurs modèles les plus sportifs.

#Ferrari